Conservatoire du Vignoble Charentais

Le Chauché gris inscrit au catalogue officiel français

Le vignoble charentais, connu pour sa production d’eaux de vie de Cognac, n’a pas toujours été orienté vers la production de vins de chaudière. En effet, le développement de la distillation date du XVIIème siècle. Précédemment, les Charentes, et plus particulièrement l’Aunis (secteur de La Rochelle, des îles de Ré et Oléron), étaient axées sur la production de vins de bouche. Les vins d’Aunis étaient alors placés « parmi les meilleurs vins blancs » (Olivier de Serres, 1629, in Cantagrel et Lacouture, 1993).

 

            Les cépages utilisés à cette époque étaient alors :

-          en blanc : le « Chemère », le « Chauché gris »

-          en rouge : le « Chauché noir »

 

Des travaux de prospection menés par le Conservatoire du Vignoble Charentais à partir de 2003, en partenariat avec l'Institut Français de la Vigne et du Vin, l’INRA de Montpellier, l’INRA de Bordeaux et avec l’appui de la Station Viticole du BNIC et la Chambre d’Agriculture de Charente Maritime, ont permis de retrouver plusieurs cépages autochtones aux Charentes. Parmi ces cépages, quelques souches de Chauché ont été etrouvées.

 

Suite à la (re)découverte de ce cépage, des expérimentations ont été menés au laboratoire du Conservatoire du Vignoble Charentais (Ampélopole) avec le concours de viticulteurs charentais partenaires.

 

            Au terme de 8 années de travail, les efforts du Conservatoire du Vignoble Charentais sont récompensés. En effet, ce cépage, oublié depuis plusieurs siècles, vient d'être inscrit au catalogue officiel français depuis le 9 juin dernier. Ce qui signifie que les viticulteurs charentais vont pouvoir dès la prochaine campagne planter un cépage qui n'avait plus été cultivé de manière significative depuis l'époque médiévale.